Accueil » Devises » La chute du dollar s’accélère

La chute du dollar s’accélère

L’euro a trouvé hier un nouveau motif d’emballement face au dollar. Le recul du taux de chômage aux États-Unis à 5,4% en novembre, contre 5,5% en octobre, a provoqué une forte déception des marchés vis à vis de l’économie américaine. De fait, seulement 112 000 emplois ont été créés le mois dernier : ce chiffre est près de deux fois moins élevé que prévu. La révision en baisse des estimations de septembre et d’octobre a encore aggravé un peu plus la mauvaise surprise. Ce ne sont finalement pas 337 000 emplois qui avaient été créés en octobre, mais 303 000. En septembre, le gain a été de 119 000, soit 20 000 de moins que l’estimation précédente.

Ce revers a de nouveau mis la pression sur le dollar. Le billet vert hier se rapprochait de son plus bas niveau historique face à l’euro, la devise européenne atteignant un nouveau record à plus de 1.34 euros.

La conjoncture américaine n’est pas pour autant mauvaise. A titre d’exemple, les indications de ces derniers jours relatives à l’activité industrielle ont été plutôt bonnes. La hausse de l’indice des directeurs d’achat du secteur des services en novembre, annoncée hier, a en outre confirmé le maintien d’une croissance plutôt robuste.

En revanche, la performance décevante de l’emploi devrait inévitablement peser sur la confiance des Américains et peut accentuer l’essoufflement de la demande déjà observé en novembre par les chaînes de grands magasins et les constructeurs automobiles. La plupart des économistes misent désormais sur un ralentissement de l’activité outre-Atlantique par rapport aux remarquables 3,9% de croissance (en rythme annuel) obtenus au troisième trimestre.

La disparition en novembre de 5 000 postes dans l’industrie succède à un recul de 2 000 emplois dans le même secteur le mois précédent. Le secteur de la distribution a vu ses effectifs baisser de 16 200 salariés le mois dernier. C’est la deuxième baisse en trois mois pour ce secteur.

Par ailleurs, dans la construction, le sursaut de 65 000 emplois nouveaux en octobre, après les dégâts provoqués par les ouragans qui ont frappé le sud-est des États-Unis, n’a pas duré. Seulement 11 000 postes nouveaux ont été recensés dans la construction en novembre. Nombre de conjoncturistes notent que les fortes hausses des coûts des matières premières ces derniers mois, notamment le pétrole et les métaux, ont probablement freiné l’embauche de la part d’entreprises trop exposées à la concurrence pour pouvoir se permettre de relever leurs prix.

Ces statistiques de l’emploi de novembre ne remettent pas pour autant en question la perspective d’un cinquième relèvement d’un quart de point des taux de la Fed le 14 décembre prochain. Les marchés financiers anticipent cette cinquième majoration depuis juin. En revanche, le marché obligataire a jugé hier que la probabilité d’autres relèvements de taux en février, puis mars, est désormais moins forte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :